Le thym détruit les infections de la gorge, la grippe, combat les infections respiratoires

Surnommé par certains “l’ennemi de la toxine”, le thym fait l’objet de légendes qui remontent à la Grèce Antique. Ainsi, il serait, selon de vieilles croyances, né des larmes de la belle Hélène de Troie, dont l’amour interdit a déclenché une guerre désormais gravée dans l’histoire. Mais au-delà de la légende, le thym est avant tout une herbe vastement utilisée en cuisine.

Et contrairement aux origines mythologiques qu’on lui prête, ses vertus pour la santé sont quant à elles, scientifiquement documentées. Zoom sur les bienfaits du roi des lamiacées.

Réputé pour ses nombreuses vertus thérapeutiques, le thym a su se hisser au rang d’indispensable de nos cuisines. Toux, grippe, ou affections respiratoires, le Thymus vulgaris a plus d’un tour dans son sac pour soulager les affections du quotidien. Son utilisation traditionnelle est d’ailleurs reconnue par l’OMS ainsi que par la Coopérative scientifique européenne de phytothérapie (ESCOP), sans oublier que ce dernier est inscrit sur le registre des plantes médicinales de la pharmacopée française.

Et pour cause, sous forme d’huile essentielle, en infusion ou en application externe, il dispose d’une pléthore de bienfaits. Passons-les en revue.

1.Anti-infectieux
Si le thym se distingue comme un allié santé considérable, c’est en partie grâce à ses vertus anti-infectieuses et antiseptiques. Dans le cadre d’une étude, son utilisation sous forme d’huile essentielle aurait démontré une action considérable contre 120 souches de bactéries issues de patients souffrant d’infections buccales, respiratoires et d’infections génito-urinaires. Consommer du thym sous forme de tisane ou tout simplement le saupoudrer sur vos plats et salades, serait utile pour profiter de ses bienfaits.

2.Anti-inflammatoire
Antioxydant et anti-inflammatoire, le thym doit ses vertus à un composé phénolique: le thymol. Selon les chercheurs, ce dernier serait à même de soulager l’asthme en ciblant les radicaux libres responsables de l’inflammation. Jean-Louis Brazier, pharmacologue conseille l’inhalation de thym pour dégager les voies respiratoires. L’idéal est de faire bouillir de l’eau et de la verser dans un bol en y ajoutant 2 cuillères à soupe de thym. Il faudra ensuite pencher la tête au-dessus du récipient en veillant à la couvrir d’une serviette, puis respirer doucement pendant quelques minutes.

1 2
Previous
Next

ALSO WORTH CHECKING OUT

Leave a Reply