L’obésité n’est pas un choix. Et ce n’est pas nous qui sommes à l’origine de cette vérité, mais bel et bien un rapport établi par la British Psychological Society et publié sur l’Independant il y a deux jours. On vous explique.

Le Royaume-Uni appelle à poser un regard nouveau sur les personnes obèses

Cette conclusion n’intervient pas seule. La BPS appelle aussi au changement dans la manière dont les gens considèrent les personnes obèses. Et il était temps, si vous voulez notre avis.

À l’inverse de l’Organisation mondiale de la santé, la BPS ne soutient pas que l’obésité est une maladie. En revanche, elle souhaite que l’on évite désormais de pointer des doigts les personnes qui en sont victimes. En effet, le rapport explique que l’obésité est plus complexe qu’un simple manque de volonté. Comme le suggèrent les stéréotypes véhiculés depuis toujours (ou presque) :

Bien que l’obésité soit causée par un comportement, ces comportements n’impliquent pas toujours un choix ou une responsabilité personnelle. Les personnes les plus susceptibles d’avoir un mauvais poids santé sont celles qui présentent un risque génétique élevé d’obésité et dont la vie est également façonnée par le travail, les écoles et les environnements sociaux qui favorisent la suralimentation et l’inactivité.